Base de données

Liste des prisonniers dans la prison Via Tasso. Octobre 1943-Juin 1944. Banque de données.
Le Musée historique de la Libération en 2006 a commandé une étude visant à identifier les noms et reconstruire les profils biographiques de ceux qui, entre Septembre 1943 et Juin 1944, ont été détenu, et aussi de ceux qui sont passés par là pour quelques heures. Lié à cet objectif, il y avait aussi la reconstruction du travail de bureau de la prison. Le travail, effectué par Alessia Glielmi et Giovanna Montani, a été conclu en 2007. Les données ont été recueillies dans une base de données créée spécifiquement et actuellement disponible au Musée historique de la Libération. La base de données est composée de champs, conçus et divisés en types de données hétérogènes et connexes. Elle comprend :

Les données personnelles du détenu :
Nom complet, nom officiel, la date et le lieu de naissance, le lieu et la date du décès, lieu de résidence, la profession, le service militaire, la formation d'appartenance.

Les données concernant la capture du sujet :
Lieu, date et motifs de l'arrestation, l'exécuteur, l'informateur.

Les données relatives à la période de détention à Via Tasso :
Date d'entrée, date de sortie, raisons pour la libération et la destination suivant la libération, précédentes ou outres détentions à part celle de Via Tasso, le nombre de cellules, la procédure judiciaire subi par le prisonnier.

Les données relatives aux notes biographiques et historiques :
Notes historiques et biographiques.

Informations sur les sources de données utilisées :
Sources bibliographiques, des archives, des témoignages, sources photographiques indiquées dans une ligne désignée quand existantes.

Banque des données sur les prisonniers politiques de la section allemande de Regina Coeli dans la période Octobre 1943-Juin 1944.
La base de données contient les noms et les données relatives à la tenue dans la section allemande de la prison Regina Coeli de prisonniers politiques qui sont passés par là entre Septembre 1943 et Juin 1944. Les travaux de recherche de données ont été réalisés par Daniela Martino et Giovanna Montani. La base de données est composée de champs, conçus et divisés en types de données hétérogènes et connexes. Elle comprend :

Les données personnelles du détenu :
Nom complet, nom officiel, la date et le lieu de naissance, le lieu et la date du décès, lieu de résidence.

Les données concernant la capture du sujet :
Lieu, date et les motifs de l'arrestation.

Les sources de données utilisées :
Sources bibliographiques et des archives.

Base de données - Art et Résistance à Rome et dans le Latium. Entre histoire et mémoire.
Nait comme une collection de données iconographiques et documentaires sur les thèmes de la résistance de 1943 à aujourd'hui, et sur leurs différents modes de représentation dans les arts visuels, de la peinture, a la sculpture e au graphisme.

La base de données, ainsi que les plus célèbres œuvres d'artistes qui ont été directement impliqués dans les événements de la Résistance ou interprètes d'un engagement civil et politique qui en découle, rassemble  des productions diverses et hétérogènes - peintures, illustrations, couvertures de livres, affiches, sculptures monumentales, reliefs, médailles, timbres, cartes graphiques pour les matières politiques ou de propagande - caractère parfois seulement documentaire qui constituent un patrimoine visuel riche et varié des événements de la résistance et des différents modes de représentation, de la mémoire et de célébration, à travers plus de soixante années d'histoire nationale.

Parmi les images d’intérêt particulier il y a ceux des auteurs qui dépeint presque la détention «en direct» dans les cellules de la prison de Via Tasso, dans laquelle le musée est logé aujourd'hui. Ce sont des œuvres d'artistes détenues dans les prisons nazis pour leurs activités partisanes comme par exemple Michele Multedo et Francesco Cretara, ou exécutées par Guido Gregorietti basée sur des témoignages directs de prisonniers, comme Vincenzo Florio.

DORER. Documents de la Résistance à Rome e dans le Latium
Il s'agit d'une collection de plus de 1500 documents sélectionnés dans différentes archives créées par Cesare de Simone et mis en place avec la coordination de Augusto Pompeo, archiviste d'Etat. La collection a été promue par l’Institut romain pour l'histoire d'Italie du fascisme à la Résistance (IRSIFAR) et par le Comité provincial de Rome de l'Association Nationale des Partisans d'Italie (ANPI), avec les contributions financières de la région du Latium et de la municipalité de Rome.
Le matériel est divisé en sept sections :
I - De la défaite militaire à l'armistice (n. 1-175). Divisé en deux sous-sections :
1. Les quarante-cinq jours (n. 1-111) ; 2. Porte S. Paolo (n. 112-175).

II - L'occupation militaire (n. 176-336). Divisé en six sous-sections : 1. Ordre publique - Mesures de police (n. 176-214). - 2. Ville ouverte-organisation des bureaux et des contrôles (n. 215-246.) ; 3. Unités spéciales (n. 247-251.) ; 4. Parti républicain fasciste (n. 252-266.) ; 5. Accidents (nn.267-305) ; 6. Travail forcé et raid de main d'œuvre (n. 306-336).

III - L’ordre de la terreur (n. 337-684). Divisé en huit sous-sections :
1. Arrestations, perquisitions, détentions (n. 337-377.) ; 2. Ratissages, internements, déportations (n. 378-424.) ; 3. La persécution des Juifs (n. 425-518.) ; 4. Prisons (n. 519-534.) ; 5. Tribunaux militaires - exécutions (n. 535-575.) ; 6. Massacres et représailles (n. 576-614.) ; 7. Les Fosses Ardéatines (n. 615-663.) ; 8. Autorités allemandes et fascistes : appels, presse, propagande (n. 664-684).

IV – Situation politique et sociale (n.685-908).  Divisé en cinq sous-sections : 1. Esprit public (n. 685-727.); 2. Personnes déplacées (n. 728-759.) ; 3. Approvisionnement - marché noir (n. 760-838.); 4. Bombardements (n.839-879); 5. Eglise et société (n. 880-908).

V - Le mouvement de résistance (n. 909-1252). Divisé en six sous-sections : 1. L'organisation de la lutte de libération (n. 909-944.); 2.Propagande clandestine (n. 945-1001).; 3. Grèves, manifestations de proteste (n. 1002 à 1021.); 4. Actions armées, sabotages, saisies d'armes (n. 1022-1163.); 5. Formations et bandes de partisans (n. 1164-1247); 6. Journal de la XIV armée allemande (n. 1248-1252).

VI - Anzio et Cassino (n. 1253-1338). Divisé en cinq sous-sections : 1. La résistance manquée après le débarquement à Anzio (n. 1253-1264) ; 2. La situation militaire (n. 1265 - 1292) ; 3. La population civile (n.1293 - 1317) ; 4. Les prisonniers de guerre (n.1318-1332) ; 5. Affiches de Résistance (n. 1333-1338).

VII – Après le 4 Juin (n. 1339-1370). Divisé en deux sous-sections : 1. La Libération (n.1339-1359) ; 2. Le procès aux fascistes et collaborationnistes (n.1360-1370).


L'ensemble du matériel documentaire détenu par le musée est progressivement mis à la disposition des utilisateurs (notamment aux universitaires) une fois que le travail d'organisation et d'inventaire est finalisé.
La possibilité de les consulter est régie par les règlements relatifs au patrimoine archivistique, aux mesures administratives et à la loi sur la protection de la vie privée.

logo mibactlogo regione laziologo comune roma