Parcours de visite - II étage

2 piano

Nous sommes ici dans la véritable prison : l'environnement est resté, même dans les moindres détails, ce que les Allemands, fuyant Rome, ont laissé. Les mêmes meurs, les mêmes fenêtres emmurées, les mêmes barreaux sur les portes des différentes cellules, le même circuit électrique. Aujourd'hui on peut ajouter des témoignages directes de qui dans ces murs ont souffert, attendant souvent la mort.
 
Cellule n.1:
Elle est la plus grande salle de l'appartement et donc une cellule dans laquelle sont passés un grand nombre des prisonniers, y compris la plupart des victimes du massacre des Fosses Ardéatines. Pour ces raisons, il faut ici rappeler les 335 Italiens tués le 24 Mars 1944, comme représailles allemande pour l'attaque de la Via Rasella. Il y a des photographies des tués décorés de médailles d'or et d'argent pour la Valeur Militaire et d'autres combattants qui sont tombés dans ce massacre.

Cellule  n.2:
C'est la cellule d'isolement qui, avec celle de l'étage supérieur, est peut-être l'un des endroits les plus importants et émouvants de ce "musée". Ces deux chambres étaient les seuls parties autour de la prison qui n'étaient pas recouvertes de papier, mais avaient des surfaces plâtrés. Plus important encore est le fait qu’à l’intérieur, les prisonniers étaient séparés individuellement. Ceux-ci, après le retour de l'interrogatoire, seuls avec leurs craintes et leur douleur tourmenté, gravaient sur le mur, péniblement avec des clous ou avec les ongles, des prières, des souvenirs littéraires, en essayant de maintenir le sens du temps qui passait, des mots de réconfort pour ceux qui restaient, des avertissements importants pour ceux qui continueraient la lutte, la dernière volonté dans l'attente de la mort dont beaucoup ont été condamnés.
 
Cellule  n.3:
Sont rappelés dans cette cellule ceux qui ont été abattus dans les mois de l’occupation du Fort Bravetta, l'un des endroits les plus tragiques de l'épilogue de la Résistance romaine où il a été trouvé de nombreux combattant luttant pour la liberté.
 
Cellule  n.4:
Est mentionné ici le dernier massacre tragique effectué par les Allemands : au kilomètre quatorzième de la Via Cassia ont été tués par des rafales de mitraillette par les SS allemands 14 prisonniers partis de Via Tasso et se dirigeants vers le nord, tandis que quelques heures plus tard, les Alliés libéreraient Rome. Parmi les martyrs, l'hon. Bruno Buozzi, tenue dans cette prison sous le pseudonyme de Mario Alberti.
 
Cellule  n.5:
Il s'agit d'une petite cuisine transformée en cellule d'isolement. Ici a été détenu le colonel de Génie Giuseppe Cordero Lanza di Montezemolo, chef du Front militaire Clandestin et tombé aux Fosses Ardéatine, duquel a été aussi bien conservé le drapeau blanc qui le 10 Septembre servi à lui et d'autres officiers pour traverser les lignes allemandes, sur la rue Tuscolana, afin de rencontrer le Maréchal Kesselring et aborder la question de l'octroi du statut de Rome, ville ouverte.

logo mibactlogo regione laziologo comune roma