Le poste de police et la prison nazie

Après l'occupation nazie de Rome, puis les jours de la défense courageuse mais infructueuse de la capitale par les militaires et civils (8 à 11 Septembre 1943), le bâtiment de Via Tasso a été dirigé par le commandement de Sicherheitdienst polizei (SIPO). La direction de cette organisation était faite par lieutenant-colonel Herbert Kappler, promu après avoir combattu au front, et qui avait une bonne connaissance de l'environnement romain.

Via Tasso est devenu notoire un endroit où l’on pouvait être amené même sans aucune raison, et d'où l’on pouvait finir droit au tribunal des crimes de guerre, déporté ou détenu dans la prison de Regina Coeli. Environ deux mille hommes et femmes y sont allés pour être soumis à des interrogatoires, torture et autres violences. Il n'y avait pas seulement les militaires clandestins ou des partisans, mais aussi des hommes et des femmes, jeunes et vieux, citoyens de toutes les classes auxquels Kappler et ses collaborateurs pensaient pouvoir arracher des informations sur les organisations clandestines de résistance, sur les lieux de réception des juifs et militaires italien ou alliés, sur ceux qui produisaient les presses clandestines, faux documents, clous et quatre pointes.

logo mibactlogo regione laziologo comune roma